العربية |   Français | English

 

La Ligue islamique mondiale condamne l'ingérence du gouvernement canadien dans les affaires intérieures du Royaume

La Mecque:

La Ligue islamique mondiale a publié une déclaration confirmant l’obligation du respect des engagements, des principes et des normes internationales, ce qui exige le respect de la souveraineté de chaque Etat, et la non-ingérence dans ses affaires intérieures régies par sa propre constitution, sa législation et son appareil  juridique, sans oublier le principe le plus élémentaire de ne pas passer outre la confiance mutuelle et le respect des valeurs des  sur lesquelles les relations entre les Etats sont fondées.

Le communiqué de la Ligue précise ensuite : que le fait de sortir de ce cadre juridique qui régit l'éthique des relations internationales peut amener dans certains cas à une mauvaise analyse des situations qui ne peut aucunement être juste dès lors où les informations ne  sont prises que partiellement , ce qui fragilise d’autant plus la conscience politique quand il n'a pas le degré nécessaire de pondération qui lui-même permet de ne pas tomber dans l’erreur et qui plus est de ne pas créer de problème diplomatique.

Le communiqué de la Ligue insiste sur la condamnation de ce qui a été émis par le gouvernement canadien par le biais de son Ambassadeur  qui est clairement une immiscion dans les affaires intérieures du Royaume d'Arabie Saoudite, qui est régi par sa constitution, ses lois et son appareil de justice avec ses garanties et ses procédures connues et ouvertes à tous au même titre que n’importe quel autre Etat légitime dans sa neutralité et son équité.

 Le communiqué de la Ligue confirme également  le droit au Royaume d'Arabie Saoudite de prendre ce qui lui semble juste comme initiative vis-à-vis de cet écart  diplomatique scandaleux et sans précédent,  au vue des déclarations totalement injustifiables d’un point de vue diplomatique.

La déclaration poursuit toujours dictée par la ligne de conduite qui caractérise par le Royaume d'Arabie saoudite en ce qui concerne la mise en pratique de la loi islamique, qui par ailleurs ne permet en aucun cas à quelle entité que ce soit de modifier quoi que ce soit dans la mesure où elle est l’essence même de sa constitution, un signe spécifique de son identité qui détermine les compréhensions,  les cadres des droits et des libertés et qui de surcroit oblige à les respecter et il en est de même  pour les engagements pris dans les accords, les conventions et les normes internationales.

 La Ligue a également rappelé le droit de chaque État de prendre les mesures nécessaires conformément à sa constitution et à son appareil judiciaire indépendant pour assurer le respect de l’ordre public, la sécurité, l'intégrité et l’équilibre national, avec la gestion et la protection de l’ensemble  de tous les droits légitimes et des libertés qui sont  assurées par les instances compétentes sous un contrôle indépendant et transparent  conformément à tout système étatique d’un pays moderne.

Cette analyse est le fruit d’un long et profond suivi de la Ligue islamique mondiale de tout ce qui concerne les affaires des pays musulmans, selon son rôle et sa responsabilité devant les peuples qui les composent ; nombreux sont les avis qui ont été donnés par un certain nombre d'institutions et organismes internationaux, «publics et privés» qui n’ont pas une vision modulable ou encore qui ne se basent  pas uniquement sur une seule source ou encore qui ne prenne pas une quelconque analyse d’évènement insolite comme une vérité.

 La déclaration conclut en rappelant qu'un État de la dimension du Royaume d'Arabie Saoudite de par sa longue histoire de confiance, de crédibilité et de fiabilité au niveau mondial sera plus désireux encore de faire respecter à l’avenir toutes ces valeurs et principes qui forment son entité et ce sans aucune ingérence.